Archives de catégorie : Sortie scolaire

Sortie au Festival du Film d’Histoire de Pessac

Les 4ᵉD et les 4ᵉE sont allés au festival du film d’histoire de Pessac. Voici une compilation de leurs comptes rendus : 

Nous sommes allés au cinéma de Pessac, pour le festival « Le XIX siècle à toute vapeur! ». Sous nos yeux se passaient deux films sur le XIX siècle. (Assia et Sephora). On a regardé AU BONHEUR DES DAMES, L’INVENTION DU GRAND MAGASIN et LITTLE WOMEN (LES FILLES DU DOCTEUR MARSH). (Kamil et Riyad). On nous a amené voir ces films pour connaître le XIX siècle. (Mehdi et Hamza)

Nous avons donc vu « Les quatre filles du docteur March » qui raconte l’histoire de quatre sœurs qui veulent « réussir dans la vie ». À un moment de l’Histoire (fin du XIXe siècle) où les femmes commencent à peine à s’émanciper, ce n’est pas toujours facile. (Suzanne et Maeline). Le film part d’une famille assez banale américaine du 19ᵉ siècle. On suit la « rébellion » d’une des filles qui s’indigne de la place de la femme et de son statut social qui l’empêchent de publier son livre et de toucher une rémunération assez importante pour son indépendance de femme. On suit ce combat tout au long du film de la part des différentes filles. Combat qui est gagné par Joe, car elle réussit à publier son livre et percevoir assez d’argent pour fonder une école. (Adrien). Ce film raconte l’histoire de jeunes femmes qui se battent pour pouvoir faire le travail qu’elles veulent, elles ont soif de liberté et veulent être indépendantes. Ces sœurs malgré leurs désavantages dans la société en tant que femmes se battent pour pouvoir être libre et mener la vie qu’elles veulent (Rayan et Raphaël)

J’ai bien aimé même si ce n’est pas le genre de film que je regarde. La scène que j’ai préférée est quand le personnage principal a continué son livre et qu’elle l’a terminé et qu’elle fait la fête avec sa famille (Islem). Par ce film j’ai appris que les filles avaient une vie très dure, elles ne pouvaient rien faire (Noé). Ce film représente bien la place de la femme, et explique que la femme était obligée de se sacrifier pour réussir. (Suzie, Nailah). Ce film nous a fait beaucoup de peine, surtout la scène de la mort de Beth, morte du jour au lendemain, où on voit sa mère en pleurs, assise à la table où tout le monde était si heureux auparavant. Nous avons aussi rigolé au moment où Jo dansait avec Laurie sous la neige. Ce film était plein d’émotions et très intéressant. Nous l’avons beaucoup aimé. (Ameni et Kiara). Ce que nous retenons de ce film, est la difficulté d’être une femme à cette époque-là. Ce film nous montre de quoi est capable une femme déterminée et courageuse qui ne se laisse pas faire face à la puissance des hommes (Nahel et Louka).

Le deuxième film « Au bonheur des dames, l’invention du grand magasin » parle de l’invention du premier grand magasin au monde qui a fait sensation dans le monde du commerce. (Islem). Au XIXe siècle, l’invention de la machine à vapeur permet de fabriquer beaucoup plus de biens de consommation. On a besoin de place pour les vendre : on invente donc le grand magasin, principalement destiné aux femmes. Les femmes sont amenées à sortir seules de chez elles pour s’y rendre ce qui participe à leur émancipation. L’emploi de vendeuses est l’un des premiers autorisé et jugé convenable pour une femme. Il sort ainsi beaucoup de femmes de la misère et leur permet de gagner leur propre salaire, ce qui participe encore à leur émancipation (Suzanne et Maeline). Ce magasin était un bonheur pour les femmes car c’était le seul endroit où elle pouvait venir seule et grâce à la nouveauté des jouets pour enfants, elles pouvaient prétexter d’emmener leurs enfants. (Assia et Sephora). Ce grand magasin a révolutionné le système commercial de l’époque et aussi de notre temps. Le documentaire montre comment en une courte période les activités principales de la femme ont radicalement changé et comment l’industrie du commerce et de l’achat ont attirés les femmes. (Nahel et Louka). Ce grand magasin a aussi entraîné l’invention d’autres grands magasins. (Rayan et Raphaël)

Mais ce monde n’était pas exempt d’injustices : les vendeuses n’avaient pas les mêmes droits que les vendeurs (Suzane et Maeline). En regardant ce film, on comprend la difficulté d’être une femme et d’être libre. On pense qu’elles gagnent en liberté mais au final pas tant que ça. Même en étant vendeuse (ce qui était une révolution car c’était un de leur premier travail), elles devaient toujours servir quelqu’un (Suzie et Nailah). Les consommatrices étaient comme prises au piège, elles allaient même jusqu’au vol. (Nahel et Luka)

Conclusion : On a appris beaucoup de choses sur le 19ᵉ siècle et la place de la femme (Suzie et Nailah).

Lecture dessinée

Dans le cadre du projet « Migrations, citoyenneté et vidéo » les élèves de 4C sont allés assister une lecture dessinée le jeudi 9/12.

Ce spectacle avait lieu au centre d’animation du Grand et malgré une pluie battante les élèves y sont allés avec entrain.

Il s’agissait d’une lecture dessinée à partir du travail de la dessinatrice Marion Duclos avec la mise en voix de Sébastien Sampietro.

https://alca-nouvelle-aquitaine.fr/fr/actualites/et-pour-la-premiere-fois-de-marion-duclos-exposition-et-lecture-dessinee

Les élèves ont pu observer et apprécier le dessin et ont en même temps entendu des extraits de témoignages de migrants venant d’arriver à Bordeaux.

Marion Duclos nous a très gentiment offert un de ses dessins qui est maintenant exposée dans la salle de classe :

Collège au cinéma, juin 2021

Grâce au dispositif Collège au cinéma, financé par le Département de la Gironde et le collège, plusieurs classes de 6e et 5e ont enfin pu retourner au cinéma !

C’est l’incroyable cinéma indépendant, l’Utopia qui les a accueillis.

Hall du cinéma l’UTOPIA à Bordeaux

Deux films étaient au programme : 

Moonrise Kingdom de Wes Anderson, 2012

Chicken Run de Nick Park et Peter Lord, 2000

Pour en savoir plus sur le splendide film Moonrise Kingdom, vous pouvez écouter les interviews fictives du réalisateur, Wes Anderson, réalisées par les élèves de Mme Rosner, les 5eA:

Wilma Inès
Sacha Nadji
Lino Yasmine
Léa Syriane
Issa Anis
Adrien Hiba

Une journée à Malagar, sur les pas de François Mauriac

Les classes de 3eD et UPE2A avec Mmes Rosner et Sabarots MM Cravic et Morro.

Le 18 juin 2021, les élèves 3eD et d’UPE2A ont visité la maison de l’écrivain François Mauriac, devenue un centre culturel, à Saint-Maixant, près de Langon: http://malagar.fr


La matinée a été consacrée à des ateliers :

  • visite immersive de la maison de Mauriac,
  • visite guidée du jardin de Malagar,
  • escape game avec casque 3D,
  • visite de l’exposition permanente dans le chai du rouge.

Après un pique nique à l’ombre du verger de l’académicien, les élèves ont eu la chance de faire une randonnée commentée à travers les vignes et les arbres plantés par l’écrivain, jusqu’au village de Verdelais.

Les points de vue splendides sur la plaine de la Garonne, le moulin de Cussol, la montée du calvaire et la tombe du peintre Toulouse Lautrec ont agrémenté la promenade.

Ce fut une belle journée, riche, intéressante et dépaysante; l’accueil était formidable et les élèves sont revenus heureux !

Bordeaux médiéval

les 5eB avec Mmes Chaumeil, Rosner et Sabarots, le 21 juin 2021.

Avec Mme Chaumeil
Les élèves avec Mme Chaumeil

Pour clore en beauté le projet artistique et culturel en lien avec les Archives de Bordeaux et l’association Permanences de la Littérature, les élèves de 5eB ont eu la grande chance de faire une visite guidée de Bordeaux sur le thème du Moyen-Age avec une guide professionnelle, Isciane Labatut, passionnée d’art.

La visite guidée
On écoute Isciane Labatut!

Ils ont ainsi visualisé les vestiges du Moyen-Age, notamment le fameux Château Trompette sur lequel ils ont écrit des poèmes très riches.

Ils sont partis à la recherche de l’une des 4 dernières maisons à colombages de la ville, ont reconnu un héros mythologique sur un mascaron face à la Garonne, repéré les symboles médiévaux sur la porte Cailhau et bien d’autres étapes encore.

La porte Cailhau
La porte Cailhau

Mais le mieux, c’est d’écouter les élèves en parler :

Yasmine Amal
Rochedy Furkan
Medhi Eliot
Kathry Medhi Shaily
Kamil Riyad
Islam Nazira
Hiba Ines
Celia Ameni